Chers Parrains, Marraines, Adhérents, Donateurs et autres Amis,

Voici enfin des nouvelles de Madagascar !

Nos enfants grandissent à vue d'oeil, et sont toujours aussi joyeux. JEANNIA a passé son Bac avec brio, et se prepare activement pour le concours d'entrée de la formation de Sage femme qui aura lieu fin Décembre. Elle habite donc maintenant chez cette tante, tombée du ciel. Mais son Parrain est d'accord pour continuer à payer sa scolarité Donc elle est devenue un enfant extérieur.

SENDRA est maintenant en apprentisage (Ebenisterie) à Ambositra. Je suis passée le voir en Septembre, et il semblait tout à fait heureux là bas. Il était enrouré d'un cimetière de petits dauphins en bois, plus ou moins réussis ! Son Instructeur lui fait faire ce genre d'objets dans un bois de chauffage pour lui apprendre à manier ses outils, et le soir on allume le feu avec ! Donc pas de perte.

La semaine de vacances à Manakara a été perturbée par des trombes d'eau et du vent. Mais en tous cas, ils ont été contents de prendre au moins un grand bol d'air !

En Route pour Manakara

Les Ecoles ont seulement commencé vers la mi-octobre à Madagascar, les enfants trouvaient le temps long, donc à partir de la mi-septembre nous avons commencé à faire chaque après- midi deux heures de révision, pour passer le temps.

Il y a deux nouveaux enfants à Mokana, Lydia et Caprice.
LYDIA est la petite soeur de Christien qui est chez nous depuis un an. Lydia avait au départ été placée chez des Religieuses ... , où elle était maltraitée.
C'est la directrice de son école qui s'en était apperçue, et qui était venue nous demander de l'aide. Elle prend donc la place de Jeannia.
Et à la place de Sendra, nous avons accepté un garçon, denommé CAPRICE, dont je n'ai pour le moment pas beaucoup de renseignements. A part qu'il vivait avec une grande soeur, après la mort de sa grand mère.

Avant de laisser la parole à Patrick et Isabelle , deux parrains qui nous ont fait le plaisir de passer quelques jours à Mokana, je voudrai remercier du fond du coeur, le Parrain JOEL, qui se démène depuis plus d'un an pour la collecte de médicaments. Graçe à l'aide vraiment très appréciée de quelques pharmacies Bruxelloises nous avons pu remettre assez de médicaments au Père Zucco, Directeur de l'hopital CDS de Fianatantsoa, pour couvrir tous les soins de santé des enfants zébuphiles durant l'année. Sans oublier le don des dentifrices, qui ont été distribués l'année dernière à Noël, à tous les enfants et leurs parents.
Eh oui, il y a qu'en France que les médicaments sont détruits ... il faut mieux aider les Laboratoires, que de donner à ceux qui en ont besoin !

Avec marraine Rita, c'est la fête !
Anniversaire Faly et Juliette

Je laisse la parole à Patrick et Isabelle,

Amitiés Irène

Patrick et Isabelle

Pour notre deuxième voyage à Madagascar, nous avions comme but de rencontrer nos filleuls Juliette et Léonce, et leurs mamans ; découvrir la maison Mokana, les enfants et leur environnement.

Au mois d’août, nous leurs avons rendu visite. Chaleureusement accueilli par tous les enfants de l’association, résidents et extérieurs, par Michella et Ange.
C’est très ému que nous avons fait la connaissance de Juliette, Léonce et ses frères Joseph Alain et Edouard, qui parle un peu le français, ainsi que Joséphine leur maman. Petits spectacles de danses et chants de bienvenu concoctés par les filles, les garçons pour ne pas être en reste se sont lancés dans une chorégraphie de rap. Michella avait organisé un atelier dessin où l’on pouvait constater sur les œuvres réalisées, que les vacances à Manakara étaient encore bien présentes dans leurs mémoires.
Nous avons repris l’initiative de Hervé, le parrain de Jimmy, en emmenant les enfants résidents et nos filleuls pour une journée distraction au Lac Hôtel, activités pédalos, jeux et déjeuner au restaurant le midi. Une belle journée ensoleillée que les enfants ont appréciée.
La journée du lendemain, nous l’avons passée avec nos filleuls Juliette, Léonce et ses frères Joseph Alain et Edouard, à Ambalavao, visite du marché aux zébus, balades dans la ville, déjeuner aux Bougainvilliers et retour à Fianarantsoa par les magnifiques paysages des hauts plateaux.

Quand l’on pousse la porte de la maison Mokana, elle apparait comme un havre de paix, compte tenu de la pauvreté ambiante de la rue et du quartier. Nous avons rencontré des enfants joyeux, heureux de vivre, malgré des enfances chaotiques. Il semble y avoir beaucoup de solidarité entre eux, comme un groupe soudé. Des enfants, dont on a pu constater la bonne éducation : politesse, respect, convivialité. Curieux de connaître notre vie, ce que nous faisons là-bas, à dix milles kilomètres de Madagascar.

C’est le cœur serré que nous avons quitté les enfants. Mais au-delà de cette tristesse, le sentiment fort que notre engagement de les soutenir n’est pas vain. En nous promettant de revenir, car les rencontrer, c’est aussi leur témoigner qu’ils existent.