Chers Parrains, Marraines, Donateurs, Adhérents et autres Amis,

Voici enfin la Newsletter annoncée depuis bientôt quinze jours !

Je suis revenue de Madagascar, début avril encore plus désabusée qu'avant. En partant, je n’avais pas beaucoup d’espoir quant au dénouement de nos imbroglios administratifs mais, étant de nature assez optimiste, j'espère toujours. Maintenant c'est sûr, pas de projet de cantine possible avant les élections qui auront lieu... PEUT ETRE en novembre ! En attendant, la vie pour les Malgaches de base donc la majorité, devient de plus en plus précaire. Les prix flambent et les denrées de base se raréfient. Dans notre quartier autour de Mokana, les marchands ambulants se sont multipliés par trois pour vendre tous la même chose : des fripes ! A qui ?
Vite, des élections !

Durant mon séjour, avec Michella nous avons fait la deuxième distribution de riz aux familles suivant les dons reçus pour la banque de riz.
En ce moment, c’est vraiment la seule bonne chose qui arrive aux bénéficiaires qui ne s’y attendent pas mais à qui cela fait une bouffée de soulagement dans cette période difficile. A ce sujet, je voudrais remercier encore une fois Isabelle et Patrick, qui, avec un virement mensuel, permettent à Joséphine et ses trois enfants de tenir la tête hors de l'eau. Joséphine est la maman qui, au printemps dernier, avait enlevé ses enfants de l'école pour les faire travailler... En septembre, quand Isabelle et Patrick iront à Madagascar, ils feront enfin connaissance.

Le mois de septembre verra un grand changement à Mokana : les grandes filles quitteront le NID. Après Tovo en septembre dernier, Jeannia qui passe son bac, partira faire sa formation de sage-femme en interne à l'hôpital de Fianarantsoa. Si elle réussit son concours d'entrée, nous continuerons à financer sa formation durant les deux ans à venir.

Hary continuera encore une année en couture mais nous lui trouverons une chambre dans la proximité de son école.

Quand à Lala, elle retournera chez elle. Nous l’avons accueillie chez nous après la mort de sa maman ; sa belle mère la battait. A 19 ans maintenant, elle a suivi des cours divers : cuisine, agriculture, couture avec peu de succès mais elle arrivera à se défendre façe à belle-maman !

Les grandes filles ont maintenant atteint un âge où vivre dans un cadre strict comme notre Refuge, avec des horaires et des obligations, devient difficile pour elles.
En plus elles sont désormais adultes toutes les trois et ne sont donc plus à leur place dans un home d'enfants !

Jeannia et Hary
Jardin du Lac-hotel
à coté des plantations de thé
Les garçons testent les gateaux
fait par les filles !
Ah , les artistes

Sur place à Mokana, après avoir admiré le travail réalisé par les enfants sous la surveillance de Joël (qui a fait un travail remarquable sur notre installation électrique), j'ai porté ma petite pierre à l'édifice, aidée de Michella , en faisant la peinture des portes du couloir et des salles de bains. De toute façon, je ne pouvais rien faire sur le plan administratif ! Encore que… J'ai quand même pu traîner le maire avec le responsable des services techniques sur place pour constater que notre voisin avait obstrué les fenêtres des deux salles de bains pour se faire une cuisine extérieure entre les deux maisons distantes de deux mètres une de l'autre !
Le maire a promis de faire démolir cette installation sauvage : consternation de sa part , par la suite, en apprenant que la maison voisine appartenait à la municipalité et logeait un employé de la Mairie !
Nous voici en plein vaudeville : le maire nous propose de faire refaire la cuisine extérieure de son employé à 50cm de nos fenêtres avec un petit muret d'appui ! C'est dur de vouloir contenter tout le monde quand on est maire ! Vous saurez la suite au prochain épisode.

Parlons (pour la dernière fois) de notre premier oiseau sorti du Refuge, Tovo.
Il est enfin installé chez lui. Son entreprise Bionexx (dont je remercie la direction et plus particulièrement Cyrille ZEBROVSKI pour la confiance et l'aide qu'il a témoignées à Tovo), lui a permis d'être à ce jour chef d'un petit chantier (4 personnes) d'un de leurs sites de production d’Artemisia dans les alentours de Fianarantsoa. Sans eux, je ne sais pas quel avenir s'ouvrait à ce garçon.
Grace à sa marraine Christine, nous avons pu arranger son logement avec les meubles de première nécessité. Le jour de livraison de ses meubles, Michella avait organisé un énorme pique-nique pour tous les enfants afin que tous voient l'endroit où Tovo habite désormais ! C'est un endroit de rêve près du barrage de la Jirama (Edf). Il a vraiment de la chance. Les grands garçons qui sont en apprentissage dans le bâtiment ont fait la chape de ciment pour la future porcherie parce que grâce à sa marraine, Tovo est propriétaire d'un cochon !
Enfin tous ont passé une journée formidable sur place et j'ai bien peur que Tovo ait, dans le futur, beaucoup de demandes pour passer une journée chez lui !
Ce n’est qu’à 20 kilomètres de Mokana.
Ce qui me fait vraiment plaisir, c'est de voir que les enfants se sentent solidaires entre eux ,et sont prêts à se rendre des services , C'EST CELA UNE FRATRIE.

Tovo dans son palais
Le barrage , lieux des délices
dallage pour le cochon
le déjeuner sur l'herbe

Je souhaite de bonnes vacances aux divers Parrains qui vont à Madagascar durant l'été.
A ce jour il y en a 4. C'est super les enfants adorent les visites !

A bientôt,

Amicalement,

Irène